Autres lieux

Égli­se St. Niklau­sen, Kerns

L’église St Nico­las est l’édifice le plus anci­en ent­iè­re­ment con­ser­vé de la com­mu­ne de Kerns. L’église de style gothi­que pri­mi­tif ren­fer­me dans le chœur des pein­tures mura­les médié­va­les restau­rées, dans la nef un pla­fond voûté à cas­set­tes avec des repré­sen­ta­ti­ons de l’Ancien et du Nou­veau Testa­ment. Le clo­cher indé­pen­dant rap­pel­le les cam­pa­ni­les de Lom­bar­die. Nico­las de Flüe s’y reti­rait sou­vent pour con­temp­ler les fres­ques des souf­fran­ces du Christ.

Cha­pel­le du Frè­re Ulrich à Mös­li

Frè­re Ulrich, un prêt­re de Mem­min­gen, s’établit en 1469 sur le côté de Kerns du Ranft, avec l’approbation de Frè­re Nico­las. En 1484 sui­vit la con­struc­tion de la cha­pel­le. Encore aujourd’hui la cha­pel­le de Mös­li est un des édi­fices remar­quables d’Unterwald datant de la fin du Moy­en-Âge, avec un cycle de fres­ques du XVIè­me siè­cle et la repré­sen­ta­ti­on sup­po­sée la plus anci­en­ne de Doro­thée Wyss, la femme de Nico­las de Flüe, ain­si que le cycle de pan­ne­aux du XVIIè­me siè­cle avec des repré­sen­ta­ti­ons de la vie de Frè­re Ulrich.

Sanc­tuai­re de Melch­tal

L’origine de la dévo­ti­on à la Sain­te Vier­ge à Melch­tal remon­te à Frè­re Nico­las. La pre­miè­re sta­tue de la Sain­te Vier­ge dans la cha­pel­le du Ranft a été trans­fé­rée à Melch­tal lors d’une pro­ces­si­on solennel­le vers 1600. Les pein­tures du pla­fond de la cha­pel­le des Grâces le racon­tent. Ici se trou­vent éga­le­ment une reli­que du saint. Depuis 1971 Melch­tal est une parois­se à part ent­iè­re.

Cha­pel­le Chli­ster­li

Quand Nico­las de Flüe revint de Lies­tal en 1467,  il se reti­ra sur l’Alpe Chli­ster­li avant d’aller au Ranft. La cha­pel­le de mon­ta­gne fut édi­fiée au XVIIIè­me siè­cle, com­plé­tée en 1949 par le petit clo­cher.

Égli­se parois­sia­le de Schwen­di, Stal­den

Doro­thée Wyss, fil­le de con­seil­ler, serait née vers 1430/32 à «Schwän­di», Stal­den, au-des­sus de Sar­nen. On ne dis­po­se pas de don­nées pré­cises sur l’année de sa nais­sance. Son père pour­rait avoir été le con­seil­ler Rudi Wyss, c’est une sup­po­si­ti­on de l’historien Robert Dur­rer au début du XXè­me siè­cle. Fau­te d’alternative, la sup­po­si­ti­on de Dur­rer est con­sidé­rée com­me acqui­se pres­que indis­cu­ta­ble­ment. Il n’existe aucun élé­ment pro­bant con­cer­nant l’origine de Doro­thée.

La pre­miè­re pierre de la par­tie anci­en­ne de l’église, qui a la Sain­te Vier­ge pour patron­ne princi­pa­le ain­si que St Blai­se et St Théo­du­le com­me patrons secon­d­ai­res, a été posée en 1702. À l’intérieur, le maît­re-aut­el et les aut­els laté­raux dans la vieil­le égli­se, le taber­nacle, une Mado­ne de style gothi­que et une pla­stique en bois de Frè­re Nico­las et Doro­thée sont des tré­sors.

La sculp­tu­re de la fon­tai­ne « Nico­las et Doro­thée » devant l’église est de Hugo Imfeld (1916–1993).

Älg­gi-Alp – Le cent­re de la Suis­se

Le cent­re géo­gra­phi­que de la Suis­se est situé à 1645 m d’altitude sur l’alpe pit­to­res­que d’Älggi. Il a été déter­mi­né en 1988 pour le 150ème anni­ver­saire de l’office fédé­ral de topo­gra­phie. La cha­pel­le Ste Anne avec le pres­by­tè­re atten­ant ont été con­struits en 1820/21. Elle fait par­tie de la parois­se de Sach­seln.

0

Start typing and press Enter to search

X