Elle appar­ti­ent à l’homme par­fait.

Ori­gi­ne de la priè­re du Frè­re Nico­las

La priè­re du Frè­re Nico­las per­met d’approfondir la com­pré­hen­si­on de Nico­las von Flüe, Bru­der Klaus, com­me mystique et com­me cher­cheur de Dieu. Il ne man­que dans aucu­ne égli­se ou cha­pel­le con­s­acrée et il est cité même s’il y a peu de place pour une bio­gra­phie. C’est l’hymne le plus sou­vent chan­té dans les Egli­ses catho­li­que et réfor­mée de Suis­se (Sui­sa, 2014).

La hau­te esti­me pour cet­te cour­te et mémo­r­able “priè­re pour la sérénité” (Pir­min Mei­er) est aus­si évi­den­te dans le fait qu’elle a trou­vé son che­min dans le Caté­chis­me mon­dial (catho­li­que). Il se trouve juste avant la priè­re beau­coup plus célèb­re de Thé­rè­se d’Avila (“Nada te tur­be…”).

Bru­der Claus­sen gewohn­li­ches gebeth um 1500

«O myn got unde min here nym mich mir und gyb mich gan­cz zcu eygen dyr.»
«O myn got und myn here nym von myr alles das mich hynert gegen dyr.»
«O myn got unde myn here gyb myr alles das mich fur­dert zu dyr. Amen.»

L’étude sci­en­ti­fi­que du “Klau­sens gewon­lich bet”, qui fait auto­rité, est éga­le­ment l’œuvre fon­da­men­ta­le du pro­fes­seur Hein­rich Stir­ni­mann OP de 1981, et il est par­ti­cu­liè­re­ment remar­quable que la ver­si­on beau­coup plus popu­lai­re de la priè­re du Bru­der Klaus ne cor­re­spond pas aux ver­si­ons les plus anci­en­nes :

Ver­si­on plus anci­en­ne
Mein Herr und mein Gott,
nimm mich mir und gib mich ganz zu eigen dir.

Mein Herr und mein Gott
Gibt alles mir, was mich för­dert zu dir.

Mein Herr und mein Gott,
nimm alles von mir, was mich hin­dert zu dir.

Ver­si­on plus jeu­ne
Mein Herr und mein Gott,
nimm alles von mir, was mich hin­dert zu dir.

Mein Herr und mein Gott,
gib alles mir, was mich för­dert zu dir.

Mein Herr und mein Gott,
nimm mich mir und gib mich ganz zu eigen dir.

La ver­si­on plus jeu­ne, qui est la plus uti­li­sée, est plus accro­cheu­se par­ce qu’elle cor­re­spond au che­min en trois étapes du mysti­cis­me :

La pre­miè­re deman­de cor­re­spond à l’étape du net­toya­ge – «Nimm alles von mir».
Elle fait par­tie du début des humains.
La deu­xiè­me deman­de cor­re­spond à l’étape de l’illumination – «Gib alles mir».
Elle fait par­tie de la race humai­ne en plei­ne crois­sance.
La troi­siè­me deman­de cor­re­spond au niveau d’unification – «Nimm mich mir und gib mich ganz zu eigen Dir».
Elle appar­ti­ent à l’homme par­fait.

En revan­che, la ver­si­on ori­gi­na­le, plus anci­en­ne, est plus volu­mi­neu­se, mais cor­re­spond à la vie effec­tive de Nico­las von Flüe. Sa volon­té de s’abandonner com­plète­ment à Dieu con­du­it à un échec extrê­me­ment dou­lou­re­ux et cer­tai­ne­ment humi­li­ant. Il veut donc par­tir en pèle­rin, mais il revi­ent bien­tôt.

Même si l’ancienne ver­si­on con­vi­ent mieux à Nico­las von Flüe, on peut sup­po­ser que la ver­si­on plus jeu­ne, plus mystique et dans ce sens plus bel­le reste­ra la plus popu­lai­re.

0

Start typing and press Enter to search

X